fbpx

Entretien avec Laurent Prêtre, Directeur Marketing & Co fondateur d’Easyflyer

Entretien avec Laurent Prêtre, Directeur Marketing & Co fondateur d’Easyflyer
Chaque semaine, je vous propose une interview originale pour enrichir vos compétences et prendre conscience de ce qui se fait ailleurs. La semaine dernière, j’étais avec Aloïs Armand de la marque SKINS qui nous parlait des vêtements de compression et de leur rôle dans l’amélioration des performances.
Je reviens, aujourd’hui, vers vous pour une interview très intéressante de Laurent Prêtre qui est l’un des cofondateurs d’Easyflyer, une imprimerie en ligne. Pourquoi parler d’imprimerie dans un blog de business pour le coaching sportif ? C’est effectivement une bonne question. Laurent va vous expliquer pourquoi il est utile d’utiliser les nouveaux outils du Web ainsi que les plus traditionnels comme la carte de visite. Cet interview a été pour moi très enrichissant. Je pense qu’il en sera de même pour vous. Lisez la suite pour vous en rendre compte !

Interview de Laurent Prêtre, Easyflyer

Andy Poiron. Bonjour Laurent. Ravi de t’accueillir sur mon blog. Peux-tu te présenter rapidement ? 

Laurent Prêtre. Merci de m’accueillir. Je vais essayer de faire bref… après avoir développé des compétences connues et reconnues au niveau webmarketing depuis 2005 sur Oxyneo (regie Web Marketing), je me concentre principalement aujourd’hui au développement de l’imprimerie en ligne discount Easyflyer en tant que Directeur Marketing & Co fondateur. En positionnant Easyflyer à mi-chemin entre l’imprimeur de labeur et le pure player web, nous avons réussi à imposer un nouveau regard sur un marché ultra concurrentiel, à savoir celui de l’impression en ligne discount.

Andy Poiron. Tu es un invité un peu exceptionnel car tu n’es ni coach sportif ni un acteur dans le domaine du sport. Néanmoins, je voulais te faire intervenir pour ton rôle au sein des nouvelles technologies du Web. Je crois même que tu as un excellent blog : http://www.secondeclasse.fr. Quels sont, aujourd’hui, les nouveaux outils du Web qu’un coach sportif peut utiliser et pourquoi ? 

Laurent Prêtre. Si je ne devais donner qu’un conseil, ce serait de ne pas laisser croire que sur Internet tout se fait tout seul. Autrement dit faire un blog, c’est bien… mais le faire vivre de sa plume régulièrement et surtout qu’il dure dans le temps c’est mieux ! Croire que parce qu’on vient de faire le plus beau site Internet du monde, il va y a avoir des visites, des demandes de contacts et des commandes, c’est faux !!! Il faut prendre le temps de se faire connaitre, de travailler son référencement, aussi bien en optimisant en interne son site qu’en travaillant les liens externes. Pour qu’un site fonctionne, il faut du contenu, du contenu et… du contenu.

Pour un coach sportif, même si je ne suis pas expert dans ce domaine, je pense qu’une bonne gestion de son identité numérique est essentielle car tout va tourner autour de son NOM. Il peut être judicieurx de créer un blog à son nom en prouvant son expertise au travers d’articles pointus, pourquoi pas d’aller créer quelques profils sur des sites bien choisis (inutile de multiplier par dizaine les profils s’ils ne seront pas alimentés régulièrement) … ex : Facebook pour trouver des clients, Viadeo ou LinkedIn (pour trouver des partenaires) et Twitter pour le micro blogging…

Andy Poiron. Suite à mon article, ma volonté est d’apporter des outils concrets aux coachs pour qu’ils développent leur business. La carte de visite est un véritable outil marketing. Comme tu travailles à Easyflyer, imprimerie en ligne, peux-tu nous donner ta vision des choses ?
Laurent Prêtre. On parlait du Web… mais le print n’est pas mort bien au contraire… le papier est un support très complémentaire au Web et la réactivité de la cible face au support est d’ailleurs plus forte avec le papier . Il est pour moi essentiel de mettre en avant le message au travers d’un support original aussi bien par le format (forme de découpe) que par la matière (texture, vernis sélectif, dorure, gaufrage…). Concernant une carte de visite, je pense qu’il est important d’y mettre le prix. En effet, la carte de visite est en fait le seul souvenir que l’interlocuteur conservera de l’entretien. Autant qu’elle soit belle et qu’elle donne envie. Ce point de vue est aussi valable pour tout autre support donné « main à la main » et argumenté d’un discours commercial (plaquette de présentation, cartes de correspondance, …).

Par contre pour des campagnes de mailing de masse, de boitage…, une seule chose comtpe : le Retour sur Investissement. Je donne souvent comme exemple à des clients qui veulent mettre des flyers de l’épaisseur d’une carte postale en boite aux lettres que si le flyer est de super qualité (fort grammage avec une finition pelliculée brillante recto / Verso) mais que le message ne les intéresse pas, le flyer ira directement à la poubelle. A l’inverse, si le sujet du flyer intéresse le client, que le flyer soit de qualité ou pas, l’interlocuteur le conservera… (ex : les pizzérias). Il est donc essentiel d’adapter le choix du support à l’utilisation que l’on va en faire.

Andy Poiron. Peux-tu nous parler un peu plus de la société Easyflyer ? Qu’est ce que vous proposez ?

Laurent Prêtre. Easyflyer est une imprimerie en ligne lancée en 2009 dont le siège se trouve à Orléans. Easyflyer s’est rapidement imposé comme une des imprimeries en ligne incontournables sur le web pour l’achat de supports de communication à bas prix sur Internet. Cartes de visite, flyers, plaquettes, dépliants, totems, bloc notes, baches PVC, PLV…

… Aujoud’hui, Easyflyer c’est plus de 4000 produits et prix accessibles en 1 seul clic. Misant sur une stratégie client multi-canal et de proximité, Easyflyer est fortement impliqué dans les nouveaux usages du Web 2.0.

Andy Poiron. Pourrais-tu donner des astuces ou des stratégies à respecter pour créer une carte de visite percutante ? 

Laurent Prêtre. Pour moi, la base d’une carte de visite de qualité, c’est son épaisseur. Je vous conseille de choisir un grammage de 350g ou plus. Privilégiez aussi toujours le choix d’un prestataire imprimant les cartes de visite en Offset plutôt qu’en Numerique. Un pelliculage recto ou recto verso peut être sympa. Personnellement, je vous recommanderais plus un pelliculage mat que brillant (plus sobre). Pour des cartes de visite haut de gamme, le vernis sélectif semble être le meilleur rapport qualité / quantité / prix / rendu d’impression.

Pour la partie technique, quelques normes sont essentielles à respecter… La résolution doit absolument être en 300 dpi, les couleurs en CMJN et votre fichier doit comporter des fonds perdus. Aussi, il sera toujours préférable de privilégier des fichiers vectoriels (Illustrator, InDesign…).

Un grand merci à toi Laurent pour cet entretien très instructif.

Restez connecté car dans les prochains jours, Laurent a des cadeaux à vous offrir !