fbpx

Je veux devenir coach sportif !

Je veux devenir coach sportif !

Je me pose souvent beaucoup de questions et me demande régulièrement pourquoi je suis devenu coach sportif. Aujourd’hui, je vous donne quelques réponses…

1. Ayez une ligne de conduite

Souhaitez-vous être le coach sportif qui s’amuse avec ses clients et qui exploite davantage le relationnel ou le coach orienté davantage sur la performance et sur l’exploitation des différentes recherches scientifiques ? Êtes-vous plutôt tourné vers Mr et Mde tout le monde ou préférez-vous entraîner Lionel Messi ou Kobe Bryant ?

Il est important que vous compreniez que chacun a un style d’enseignement qui lui est propre, une certaine carte d’identité pré-programmée. Votre passé, vos formations, votre expérience… toutes ces choses forment votre « pedigree ». Il suffit ensuite de le transposer dans votre activité de coaching pour vous positionner de la meilleure des façons !

Moi, je suis quelqu’un qui a toujours aimé la performance et j’essaie de l’inculquer à mes élèves et dans tout ce que je peux faire.

2. Ayez en tête votre positionnement !

Ce qui fera votre crédibilité et votre force en tant que coach sportif, c’est votre spécialisation. Prenez du recul par rapport à ça et dites vous que si vos compétences dans un domaine précis ne sont pas suffisantes pour aider un client, préférez diriger cette personne vers d’autres coachs sportifs plus expérimentés. Ne vous inventez pas une vie, ne vous rajoutez pas des compétences pour paraître plus fort… vous seriez démasqué très rapidement !

Lorsque je reçois des demandes de coaching sur des thématiques spécifiques que je ne maîtrise pas, je préfère être franc avec ces personnes et les diriger vers d’autres coachs sportifs plus compétents que moi. Ne croyez pas que cela va desservir votre image, bien au contraire, cela va la renforcer !

3. L’une des règles fondamentales : créez vos propres systèmes !

Lorsque que l’on débute en tant que coach sportif, on passe un temps considérable à préparer ses programmes d’entraînement. Vous savez quoi ? Dans 95% du temps, la majorité des gens a besoin d’une programmation pratiquement similaire avec bien entendu quelques modifications mineures en fonction de la personne que nous avons en face de nous.

Aujourd’hui, au lieu de me concentrer essentiellement sur chaque nouvelle séance de chacun de mes clients, je préfère développer un système de progression avec eux. Je pars d’une base qui va servir de fondations et ensuite j’y incorpore mon savoir-faire.

4. L’évaluation… un outil intéressant !

Pour créer un système encore plus performant, l’évaluation peut être un outil cohérent pour suivre les progrès de vos clients et ainsi voir si vos séances d’entrainement sont judicieuses. Si ce n’est pas le cas, ne paniquez pas ! Revoyez vos plans et mettez en place une autre stratégie. Dans l’entraînement, ce qui peut marcher pour l’un, ne peut peut-être pas marcher pour l’autre !

Au début, je n’utilisais pas forcément beaucoup ce système d’évaluation. J’essaie de mettre en place aujourd’hui mes propres protocoles de tests. Par contre, pour mes 2 thématiques que sont la perte de poids et la course à pied, mes 2 systèmes sont :

  • La prise de poids, le % masse grasse, les mensurations…
  • Le temps sur les différentes courses… 5km, 10km, semi, marathon.

5. Notez tout !

Même si vous possédez une mémoire extraordinaire, je vous conseille toujours d’avoir un outil pour noter des informations sur la séance de votre client. En emmagasinant les données de vos élèves, vous allez pouvoir améliorer, corriger et préparer très facilement les prochaines séances.

Je m’organise de 2 façons : Soit je dispose de mon carnet noir où je note les choses importantes lors de la séance ou soit, j’utilise Evernote (sur mon iPad) pour y annoter après la séance ce que j’ai pu constater.

6. Apprenez, apprenez et apprenez encore !

Celui qui me dit qu’il n’a jamais fait d’erreur est un menteur ! Une des grandes chances si vous voulez réussir est de faire des erreurs. La clé est de ne pas les répéter pour ainsi progresser.

A mes débuts,  je pensais qu’il était important d’en mettre plein la vue à mes clients. Néanmoins, je me suis aperçu que les mettre directement en situation d’échecs était une grosse erreur. Aujourd’hui, j’adopte une stratégie opposée… J’apprends à connaître la personne à 100 % pour ainsi leur proposer les meilleures solutions. Ce gros changement pour moi a été bénéfique à très court terme.

7. Apprenez avec un œil différent !

Le monde de l’entraînement évolue très vite… les modes, les méthodes, les outils passent et ne restent pas très longtemps. Au lieu de suivre le troupeau sans chercher à faire votre propre auto-critique, demandez-vous si ce que vous voulez mettre en place va contribuer à améliorer les résultats de vos élèves.

J’adore la nouveauté et je suis très friand des nouveaux outils qui sortent sur le marché. Néanmoins, je me suis aperçu que tous les outils, par exemple, ne sont pas utiles pour tout le monde. Certains ne sont pas appropriés pour certains types d’individus alors au lieu de rester buté et faire passer mes idées, je préfère adapter en fonction du ressenti des personnes que j’entraîne.

8. Votre expérience est votre meilleur atour !

Croire que vous pouvez devenir une star dans le coaching après 6 mois d’expériences est utopiste. Je crois que l’on n’a jamais fini d’apprendre. Cette facette de mon métier me passionne ! Galilée disait : « Plus j’apprends, plus je m’aperçois que je ne sais pas ». C’est vraiment la sensation que j’ai quand j’ouvre un bouquin, que je suis une formation ou simplement quand je me retrouve avec un nouveau client en face de moi !

Si je devais vous dire quelque chose : Restez humble et remettez-vous en question constamment !